Font Size

Cpanel
Accueil > Actus du mouvement Fairtrade > Donner les clés de l’agriculture aux jeunes générations

Donner les clés de l’agriculture aux jeunes générations

Donnons une place aux jeunes ! A l’instar de la Journée internationale de la Jeunesse, célébrée chaque année le 12 août, le commerce équitable permet d’encourager l’action des jeunes et de renforcer leur participation dans la société, notamment au sein des organisations de producteurs afin d’éviter qu’ils ne désertent les milieux ruraux. Les jeunes sont indispensables au devenir de l’agriculture familiale. Les producteurs d’Amérique latine l’ont bien compris.

160727 comment impliquer les jeunes dans les prises de decisionsv2

 

La CLAC, le réseau de coordination latino-américain du commerce équitable, a compris les enjeux liés à la jeunesse dans le monde agricole. Au Salvador, la CESPPO – qui coordonne l’action des petits producteurs – a mis en place des programmes spécifiques favorisant l’implication des jeunes dans l’agriculture familiale


Créer des ponts intergénérationnels

En 2015, une école a vu le jour, focalisée sur l’amélioration des capacités et l’esprit d’entreprise des générations futures. Grâce à des formations, les jeunes ont pu appréhender les enjeux de l’agriculture et améliorer leurs connaissances. Le but était de leur donner les clés pour devenir force de proposition et pouvoir prendre eux-mêmes des décisions.

En renforçant ainsi leurs capacités, les organisations permettent de créer un véritable pont intergénérationnel avec les autres membres ayant de plus d’expérience. Ce processus est bénéfique à la prise de nouvelles initiatives et favorise l’esprit d’entreprise.

L’impact est réellement palpable et la jeunesse se sent impliquée dans l’avenir des coopératives. Ces processus éducatifs sont également l’occasion de former les membres sur l’équité entre hommes et femmes, afin de réduire considérablement les inégalités liées au genre, ou sur les comportements à adopter pour respecter l’environnement et les ressources naturelles.


Impliquer les jeunes la jeunesse dans les prises de décision

Outre les formations qui leur permettent d’acquérir de solides connaissances sur le fonctionnement des organisations, c’est tout un système inclusif qui doit permettre aux jeunes de participer efficacement à la prise de décisions. Dans ce sens, la CLAC innove en leur permettant de prendre part à la stratégie du réseau de producteurs.

Des groupes de réflexion sur le travail des enfants, des ateliers participatifs sur le changement climatique, des initiatives étudiantes avec des universités ont vu le jour. Des  jeunes venus de toute l’Amérique latine ont présenté leurs travaux lors de la première conférence sur la jeunesse organisée en mars 2016 par la CLAC, à San Salvador.

L’un des points les plus marquants de cet événement fut la proposition par les jeunes eux-mêmes d’élaborer une réelle stratégie d’inclusion de la jeunesse au sein de la CLAC. Le réseau des jeunes dispose désormais d’un représentant élu au sein du Conseil d’Administration de la CLAC.

 

Lutter contre l’exode rural

Pour lutter contre l’exode rural des jeunes, le commerce équitable les met en relation et leur permet d’échanger avec les autres membres des réseaux de producteurs. S’ils se sentent impliqués dans l’avenir de l’agriculture et plus spécifiquement dans celui des organisations de producteurs, les jeunes peuvent alors donner un second souffle à l’agriculture durable. Formés aux bonnes pratiques agricoles, au respect de l’environnement et à l’égalité entre les membres, ils sont la future génération qui va permettre de nourrir la planète.

Toutefois, l’enjeu n’est pas seulement d’impliquer les jeunes dans l’agriculture mais également de rassurer les producteurs actuels que la jeunesse est en mesure de prendre le relai. Dans tout système politique, la jeunesse souhaite et doit se faire elle-même une place. Nouveaux objectifs, nouveaux comportements, nouvelles compétences, les jeunes bouleversent généralement les codes traditionnels de leurs aînés.

Le système Fairtrade promeut le lien entre les générations. La transmission de connaissances des anciens s’allie alors aux idées innovantes des nouvelles générations. Le bénéfice n’est pas seulement économique mais devient sociétal et même environnemental. Les jeunes sont bel et bien l’avenir de l’agriculture, à condition de leur donner les moyens adéquats de s’exprimer, de s’engager et de vivre du travail de la terre.