Font Size

Cpanel
Accueil > Thé

Thé

LE THÉ EST LA BOISSON LA PLUS CONSOMMÉE AU MONDE APRÈS L’EAU

70.000 tasses de thé sont bues chaque seconde. Dans le monde, environ 50 millions de personnes sont impliquées dans la filière mais la grande majorité de la production passe par sept multinationales uniquement. Cette concentration extrême du pouvoir entre les mains de quelques grandes industries limite l’accès aux informations de marché des très nombreux petits producteurs et travailleurs présents à l’autre bout de la chaine.

Exportation

360 000

Environ le nombre de personnes investies dans la production de thé certifié Fairtrade dans le monde

Contrôle du marché

4,6M/€

Montant de la prime de développement reçue en 2014

Etat des lieux de la filière thé

Le thé est produit dans plus de 35 pays mais quatre d’entre eux représentent près de 75% des 4 millions de tonnes produites annuellement: la Chine, l’Inde, le Sri Lanka et le Kenya. Ce sont ces mêmes pays qui sont également les plus grands consommateurs ; moins de 50% du thé produit dans le monde est ainsi échangé sur les marchés internationaux.

Contrairement au café ou au cacao, il n’existe pas de prix international unique du thé. En effet, le thé n’est pas côté en bourse ; il est principalement vendu aux enchères sur de nombreuses places de marché internationales, notamment dans les régions de production comme à Colombo au Sri Lanka ou à Mombassa au Kenya.

Afin d’évaluer les évolutions et les tendances long terme, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a mis au point un prix composite du thé. Celui-ci a fortement augmenté depuis 2002, notamment à cause d’une situation chronique de déficit de production par rapport à la consommation qui augmente plus rapidement. Cependant, en termes réels, les producteurs reçoivent aujourd’hui seulement la moitié du prix qu’ils recevaient il y a 30 ans.

Réponses du système Fairtrade / Max Havelaar

Le thé est cultivé dans des jardins qui peuvent appartenir aux producteurs eux-mêmes ou, comme c’est le cas dans la majorité des cas, à une société qui emploie de la main d’œuvre salariée pour s’occuper de la production et de la transformation des feuilles de thé. Les enjeux de la filière sont donc très différents pour les petits producteurs organisés en coopératives et pour les travailleurs des plantations.

Les petits producteurs de thé doivent faire face à la dépendance vis-à-vis des industries transformatrices, au manque d'accès à l'information sur les marchés et aux difficultés de la vie quotidienne en zone rurale.

Les travailleurs des plantations, quant à eux, doivent faire face à des problématiques différentes comme la dépendance vis-à-vis de la plantation pour leur travail mais également pour leur logement, leur alimentation et l’accès aux services de base (santé, éducation, …), et la difficulté d’accès à la terre.

Les standards Fairtrade / Max Havelaar représentent un véritable cadre pour une production durable de thé. Ces standards comprennent notamment :

  • un prix minimum garanti d’achat : celui-ci varie en fonction de la zone de production et du mode de transformation. Pour les thés qui se valorisent très bien sur le marché comme les thés fabriqués avec la méthode orthodoxe et les origines reconnues comme le Darjeeling, il n’existe pas de prix minimum garanti,

  • une prime de développement permettant d’investir dans des projets collectifs,

  • des critères environnementaux stricts qui réduisent l’usage des pesticides et incitent à la conversion à l’agriculture biologique via notamment un prix différencié pour le thé certifié Fairtrade / Max Havelaar et bio. Le thé étant une production où l’usage de pesticides est très répandu et les modes d’application ne respectent pas toujours les règles de sécurité, ce focus sur l’aspect environnemental de la production est très important, à la fois pour la santé des producteurs et des travailleurs mais aussi pour le respect de l’environnement, la durabilité de la production et la santé des consommateurs.


A plus long terme, le système Fairtrade / Max Havelaar aide les organisations de producteurs et les producteurs eux-mêmes à faire face aux instabilités du marché en leur permettant un meilleur accès aux financements, la construction de relations solides avec les acheteurs et une amélioration des conditions contractuelles. Il favorise l’organisation des producteurs en coopératives fortes et structurées, fonctionnant de façon transparente et démocratique. La participation au système Fairtrade / Max Havelaar permet également aux plantations d’améliorer les conditions de travail pour la main d’œuvre salariée et les conditions de vie sur la plantation pour les familles (accès à l’éducation pour les enfants, infrastructures de santé).
La filière thé dans le système Fairtrade / Max Havelaar

Aujourd’hui, il existe près de 100 organisations de producteurs et plantations de thé et plantes à infusions certifiées Fairtrade / Max Havelaar dans 12 pays. Le thé certifié Fairtrade / Max Havelaar représente aujourd’hui moins de 1% du thé exporté dans le monde. Cependant, il concerne plus de 360 000 producteurs et travailleurs soit près de 20% des membres d’organisations certifiées dans le monde, toutes filières confondues.

De plus, près de la moitié des travailleurs des plantations de thé ainsi qu’un tiers des membres des coopératives certifiées sont des femmes. Souvent défavorisées, elles sont l’une des priorités du commerce équitable. Les filières particulièrement féminisées, comme la filière thé, sont donc essentielles à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, ainsi qu’à leur prise de parole et de décision.

QUELQUES CHIFFRES

Production et exportation de thé (en Milliers de Tonnes)



Évolution du prix du thé



Les outils du système Fairtrade / Max Havelaar

Les prix varient fortement d’une région de production à une autre (certaines zones comme le Darjeeling sont réputées pour produire un thé d’une très grande qualité), d’une méthode de production à une autre (méthode orthodoxe ou CTC), d’un grade à un autre (feuilles entières, brisées, poussière de thé,…),…

Pour cette raison, il existe de nombreux Prix Minimums Garantis différents pour le thé, prenant en compte la grande diversité de variétés et de qualités de thé disponibles. Les prix et la prime ont été réajustés en 2010.

Consulter les Prix Minimum Garantis et primes sur le thé équitable

Tour du monde du thé équitable

Pays producteurs de thé : Argentine, Chine, Egypte, Guatemala, Inde, Kenya, Malawi, Rwanda, Afrique du Sud, Sri Lanka, Tanzanie, Thaïlande, Uganda et Vietnam

banane3

Quelques exemples d'organisations de producteurs de cacao certifiées

SOFA, coopérative au Sri Lanka
Créée en 1993, l'association des petits producteurs de thé biologique de la région de Kandy (SOFA) au Sri Lanka compte à ce jour plus de 462 membres. La coopérative bénéficie indirectement à plus de 3 500 personnes. En s’inscrivant dans une démarche d’agriculture biologique, les producteurs de SOFA ont choisi de réintroduire les méthodes traditionnelles de culture, ce qui permet la sauvegarde de certaines espèces et une meilleure préservation de l'environnement. Les membres de SOFA ont aussi développé des ateliers de transformation du thé (mise en sachet et fabrication de boites) ce qui leur permet de vendre le produit fini et de capter plus de valeur ajoutée pour la coopérative.
Producteurs

banane2

Makaibari tea estate, plantation en Inde

L’une des plus anciennes plantations de thé du Darjeeling, Makaibari reste une entreprise familiale. Ayant mis en place des pratiques d’agriculture biologique dès les années 1980, la plantation produit un thé de grande qualité, certifié bio, Demeter et Fairtrade / Max Havelaar.

Plus de 600 salariés dépendent de la plantation, ce qui représente au total près de 8 000 personnes. De nombreux projets d’accès à la santé et à l’éducation, mais également de développement communautaire, ont été mis en place grâce à la prime de développement.


Producteurs


Pour en savoir plus
www.unctad.org
www.tasses-et-terroirs.fr
Cyclope
La nouvelle presse du thé
Coffee and tea trade Journal