Rapport annuel de Max Havelaar France 2018

2018 a été une année exceptionnelle pour Max Havelaar France et ses partenaires engagés en termes de vente de produits labellisés comme de la visibilité de notre action.

Faire progresser la cause des producteurs et travailleurs défavorisés répond aux attentes de la société. À l’instar du climat, la justice économique interpelle de plus en plus l’opinion publique. La rémunération des producteurs est désormais au centre des préoccupations des citoyens et constitue un défi majeur pour les entreprises et les pouvoirs publics.

En 2019, agissez avec nous, pour réussir ce changement d’échelle !

Téléchargez le rapport annuel

La prime de développement est au cœur du mécanisme du commerce équitable. Elle est versée aux organisations de producteurs et travailleurs qui en disposent pour investir dans des projets sociaux et outils de travail. Plus les ventes de produits labellisés augmentent, plus la prime versée progresse.

En France le marché se transforme et devient plus responsable grâce aux croissances du bio et de l’équitable. Ce changement d’échelle du commerce équitable se traduit par une progression exceptionnelle, avec notamment des hausses historiques sur la banane et le café, alors même que la consommation alimentaire a reculé en 2018.

En 2018, la croissance des ventes des produits Fairtrade/Max Havelaar est globale sur toutes les catégories de produits (sauf fleurs et coton), circuits de distribution et types de marque, que ce soient les marques nationales ou les marques de distributeur.

 

Augmentation de 20% du prix minimum garanti aux producteurs de cacao

Les prix mondiaux du cacao ont chuté de plus d’un tiers l’an dernier et ce sont les producteurs de cacao qui subissent les conséquences les plus néfastes de la volatilité des prix.

Fairtrade International a décidé de réévaluer le Prix Minimum garanti pour le cacao de 2 000 à 2 400 dollars par tonne. En savoir plus.

 

 

25 ans de commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar en France : sur les traces du premier café labellisé.

En 1993, le premier produit équitable Fairtrade/Max Havelaar est apparu dans les rayons : un paquet de café en provenance du Guatemala.

25 ans plus tard, Max Havelaar France est retourné à la rencontre desproducteurs. Lire l'article.

 

Alerte sur la filière café

À l’occasion de la Journée Internationale du Café, le 1er octobre, Max Havelaar France, Commerce équitable France et le collectif Repenser les Filières ont publié une étude du BASIC qui questionne la durabilité de la filière café et appelle à une meilleure répartition de la valeur ajoutée en faveur des producteurs. Le cours du café en bourse n’a en effet jamais été aussi bas ces 7 dernières années, la hausse des coûts de production et de main d’œuvre rend la caféiculture de moins en moins rentable et les producteurs sont sévèrement confrontés aux effets du changement climatique. En savoir plus.

 

Une nouvelle campagne Fairtrade/Max Havelaar

À l’occasion de la Quinzaine du Commerce Equitable, le commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar s'affiche avec un ton léger, grâce au trait de crayon de la célèbre illustratrice Mathou qui met en scène les consommateurs. Associant choix quotidiens et engagement, cette campagne de sensibilisation positive vise à rappeler au consommateur qu’il est un citoyen du monde, avec un pouvoir d’action. Découvrez la campagne.

 

Colloque des 25 ans de Max Havelaar France 

Le 9 novembre 2018, Max Havelaar France organisait au Palais du Luxembourg un grand colloque “De la production à la consommation, une mondialisation équitable est-elle possible?”, avec le Global Compact France, Comité 21, l’Association 4D et La Fabrique Ecologique.

Retrouvez les actes et les moments forts du colloque en vidéo ici.

Max Havelaar France est une association à but non lucratif qui s’autofinance à 97%. Le modèle économique de Max Havelaar France repose sur le versement d’une redevance par les partenaires économiques, en échange de l’utilisation du label sur le produit final commercialisé.

En 2018, les recettes se sont élevées à 5,8 millions d’euros.

Les droits de licence financent 6 missions fondamentales :

Retrouvez nos comptes complets en téléchargement.