Un label Fairtrade/Max Havelaar pour les agriculteurs français

Depuis mai 2021, après 18 mois de travail en co-construction, Max Havelaar France a décidé d’apporter son expertise, son expérience et sa notoriété auprès des consommateurs au service des agriculteurs et agricultrices français les plus vulnérables. En effet, le métier d'agriculteur ne garantit plus un revenu suffisant pour en vivre. Pour cela, Max Havelaar France entend contribuer à redonner de la dignité à un des plus nobles métiers du monde en luttant contre la précarité, l’instabilité des prix, la dépendance aux aides, l’impact du changement climatique, la concurrence mondiale. 

Dans un premier temps, Max Havelaar France a fait le choix de soutenir les filières lait et blé du Poitou-Charentes et  la filière du blé du Gers qui sont économiquement fragiles. Le cahier des charges a été adapté à la France grâce à une méthode innovante de fixation du prix garantie en fonction du territoire et d’un objectif chiffré de revenu. Ces nouveaux ingrédients certifiés permettront également de développer des produits composés dont les recettes allient des produits issus des filières certifiées Fairtrade/Max Havelaar historiques comme le cacao et le café, à celles des nouvelles filières françaises pour continuer à soutenir les producteurs et productrices des pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine.

Nos garanties

Notre spécificité

  • Deux nouvelles filières : le blé et le lait en complément complément des ingrédients équitables historiquement certifiés par le label Fairtrade/Max Havelaar et produits hors de France (cacao, sucre de canne, café, vanille, fruits exotiques). Egalement, de nouvelles catégories équitables de produits seront rendues possibles, là où cohabitent lait et vanille, blé et pépites de chocolat : yaourts, crèmes dessert, viennoiseries, pâtisseries, biscuits, ....
  • L’éligibilité à la certification garantit un accompagnement des agriculteurs et agricultrices qui répondent aux critères de vulnérabilité des cahiers des charges :
    • La certification est destinée uniquement aux agriculteurs et agricultrices des territoires dits vulnérables (selon un calcul approfondi de la vulnérabilité territoriale) ;
    • La certification peut alors être demandée par les agriculteurs et agricultrices soit : économiquement vulnérables ; récemment installés ; en conversion vers l’agriculture biologique.
    • Un prix minimum garanti des matières premières, fixé en fonction des spécificités du territoire, des coûts de production associés et de l’objectif de revenu pour les agriculteur.rice.s ;
    • Une prime de développement qui permet d’investir et développer des projets sociaux et environnementaux pour développer l’organisation, améliorer les conditions de travail et accélérer la transition agro-écologique. Son utilisation est décidée par les agriculteur.rice.s engagé.e.s dans la démarche Fairtrade/Max Havelaar via par la commission Fairtrade/Max Havelaar élue démocratiquement au sein de leur organisation ;
    • Une démarche co-construite avec les parties prenantes concernées pour garantir l’impact.

Une demande des consommateurs

En 2019 déjà, 1 Français sur 2 considérait que la rémunération des agriculteurs et agricultrices était l’enjeu principal des entreprises du secteur alimentaire.

Les Français soutiennent l’agriculture française :

• la moitié des interviewés déclare acheter davantage de produits made in France et…

• …36% avoir acheté́ davantage de produits français garantissant un prix juste aux agriculteurs,

• un tiers (32%) a acheté́ des produits directement auprès des producteurs sur les marchés.

Retrouvez prochainement les trois standard du labels français.