La production de roses équitables au Kenya

Bigot Flowers Kenya Limited est une ferme horticole, créée en 2002 par les fondateurs de l’entreprise familiale française, Bigot Flowers, qui produit depuis 1958 des fleurs dans la Sarthe, est devenue un groupe de cinq entreprises dans le monde dix ans plus tard.

L’horticulture est un secteur phare de l’économie au Kenya. Les roses ne sont généralement pas destinées au marché local mais elles constituent une source importante de revenus et de sécurité alimentaire pour les milliers de personnes travaillant dans ce domaine.

Le secteur emploie un grand nombre de femmes dans une région relativement isolée et pauvre autour du lac Naivasha, à 80km de Nairobi. Une zone qui vit principalement de l’agriculture, notamment de la floriculture.

 

Ce qu’apporte la certification Fairtrade/Max Havelaar

Dès 2008, la ferme a obtenu la certification Fairtrade/Max Havelaar et s’est donc alignée avec ses standards dont notamment : un prix minimum garanti au producteur, des pratiques agricoles durables, le respect des droits humains, la lutte contre le travail des enfants, la gestion démocratique des coopératives, etc.

Grâce à cette certification, une prime de développement est également versée aux travailleur.euse.s et leurs permet d’investir dans des projets, économiques, sociaux, communautaires ou environnementaux de leur choix. Les fonds de la prime sont gérés par le Comité de la Prime Fairtrade/Max Havelaar composé de travailleur.euse.s et de représentants de la direction. Ce comité a pour mission de proposer, réaliser et superviser les projets de la prime souhaités par les travailleur.euse.s.

Amélioration des conditions de vie des travailleur.euse.s

Un montant de la prime de développement est redistribuée directement aux travailleur.euse.s afin d’augmenter ponctuellement leurs revenus. Les travailleur.euse.s et leur famille bénéficient également de prêts alloués en cas d’urgence et leur permettant ainsi de ne pas faire d’emprunts auprès d’organismes ou de banques traditionnelles dont les taux sont souvent très élevés et d’éviter de s’endetter.

Pour faire face à la précarité de certaines habitations des travailleur.euse.s de Bigot Flowers Kenya Limited, une part de la prime est utilisée pour la mise en place de projets d’amélioration des habitations. De nouveaux matériaux de construction et des réservoirs d’eau ont été financés.

Le manque de sécurité alimentaire étant également un problème latent dans la région de Naivasha, la prime permet également aux travailleur.euse.s ainsi qu’à ceux vivant avec le VIH de recevoir des paniers alimentaires afin d’améliorer leur état de santé.

La prime de développement a également permis la construction du Friends of Navaisha Women’s Hospital, centre comprenant un service de maternité unique dans le comté de Nakuru. L’organisation a continué de soutenir financièrement cet hôpital, permettant un désengorgement du Naivasha District Hospital.

L’éducation et les formations, une priorité

En 2018, des bourses ont été accordées aux enfants des travailleur.euse.s dont les capacités financières ne permettaient pas de payer les frais de scolarité et autres frais associés. 420 élèves ont bénéficié de ce projet, la prime ayant pris en charge 90% de leurs frais de scolarité.

Des formations ont aussi été dispensées aux travailleur.euse.s qui souhaitaient poursuivre leurs études ou être formé.e.s à des compétences particulières, l’objectif étant de renforcer leurs capacités et permettre une meilleure mobilité interne : 200 employé.e.s ont bénéficié de ces formations en 2018.

 

Retrouvez toutes les informations pour en savoir plus sur la filière fleur équitable