Font Size

Cpanel
Accueil > Nos actions > Bio et équitable, des approches complémentaires

Nos actions

Bio et équitable, des approches complémentaires

En France, 73% des produits équitables labellisés Fairtrade/Max Havelaar sont également Bio. Autrement dit, environ 2 500 produits respectent les cahiers des charges Bio et Fairtrade. Un chiffre qui ne cesse de croître ces dernières années. Pour cause, l’agriculture biologique monte en puissance et s’appuie sur d’autres démarches telles que le commerce équitable. Par ailleurs, le commerce équitable est la démarche de consommation la plus responsable pour les produits « exotiques » issus d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie.

160309-slider-bio-equitable

160309-graphique-label-bio-fairtradeLes approches Bio et équitable sont complémentaires. Le label Bio apporte des garanties qui s’appliquent à l’échelle des producteurs et ont un impact direct sur leur environnement. Le label Fairtrade/Max Havelaar, quant à lui, apporte des garanties qui s’appliquent à l’échelle des producteurs et de leurs organisations et qui ont un impact direct sur les conditions de vie des producteurs et de leurs communautés, incluant leur environnement.

 

Fairtrade encourage le passage au Bio...

…Par ses standards

Le commerce équitable est un levier vers la conversion à l’agriculture biologique pour les organisations de petits producteurs. Le cahier des charges Fairtrade/Max Havelaar oriente la production dans une démarche d’autonomie et de gestion durable des ressources naturelles (eau, sols…). Les standards Fairtrade incitent les coopératives à adopter des pratiques agricoles durables dans le but de protéger l’environnement ainsi que les producteurs et travailleurs de substances qui pourraient leur être hostiles (interdiction de pesticides dangereux et d’OGM, intrants naturels privilégiés…). En Inde, la coopérative Kadrolli Primary Agricultural Coperative a utilisé la prime de développement Fairtrade pour remplacer la totalité de ses engrais chimiques par des engrais biologiques.

…Par le versement de la prime Biologique

La conversion à l’agriculture biologique est également encouragée par une prime pour les produits qui en sont issus. Par exemple, pour le café arabica, le prix passe de de 1,40 à 1,70 dollars US par livre de café vendu, grâce au différentiel biologique de 0,30 dollars. Pour le coton issu d’Afrique de l’Ouest, le différentiel entre prix minimum conventionnel et prix minimum bio est de 0,10 €/kg (pour la variété : Gossypium barbadense).

…Par le versement de la prime de développement Fairtrade

La prime de développement Fairtrade s’avère aussi être un outil  d'optimisation de l'activité agricole pour les producteurs. Dans la coopérative Conacado en République Dominicaine, la prime de développement est investie dans le cadre d’un projet sur plusieurs années à la conversion biologique de sa production de cacao.
En Bolivie, la coopérative de quinoa Anapqui a, entre autres, utilisé sa prime de développement pour financer la certification biologique.