Font Size

Cpanel
Accueil > A la une > 10 façons d'agir ici pour changer les choses là-bas

10 façons d'agir ici pour changer les choses là-bas

Nous avons souvent l’impression que notre capacité à influencer des changements dans l’économie ou l’environnement est faible. Or, chacun de nous a le pouvoir de contribuer au changement. Remettre du sens dans nos actes de consommation une façon d’agir au quotidien pour un monde plus juste et durable. Il existe aussi d’autres façons de s’engager en faveur du commerce équitable et de soutenir ainsi une société plus respectueuse de la planète et de ses habitants. Voici 10 façons d’agir ici pour changer les choses là-bas.

160722 choisir ici cest agir la bas

 

Chacun a un rôle clé à jouer

Comment faire pour rééquilibrer l’ordre mondial ? Difficile, mais pas impossible ! Rappelons-nous de « l’effet papillon ». Nous pouvons tous agir, chacun à son niveau et agir ensemble, pour avoir plus de poids et faire grandir cette utopie réaliste qu’est le commerce équitable. 

En soutenant le commerce équitable, on fait bien plus que d’améliorer les conditions de vie des petits producteurs des pays en développement. On contribue à préserver les ressources naturelles et la biodiversité car les producteurs du commerce équitable travaillent selon des méthodes respectueuses de l’environnement. On développe une économie sociale et solidaire à l’échelle mondiale, selon l’idée que chaque homme ou femme qui travaille mérite un revenu qui lui permet de vivre décemment, ainsi que sa famille. Et on permet à chacun de faire entendre sa voix, en promouvant la démocratie au sein des organisations agricoles et des communautés.

Ainsi, le commerce équitable nous permet d’agir pour construire ensemble une société plus juste et plus respectueuse de la planète. Agir ici, c’est par exemple :

1.  Changer ses habitudes de consommation ! La consommation est un outil majeur dont nous disposons pour contribuer à la construction d'une société plus durable : consommer des produits issus du commerce équitable pour les produits venus des pays en développement comme le café, le chocolat ou le thé ; privilégier les produits locaux, les circuits courts et les produits de saison pour les denrées qui peuvent être produites près de chez nous.

2.  S'engager en tant que bénévole dans une association de promotion du commerce équitable.

3.  Demander à son commerçant de référencer plus de produits issus du commerce équitable, seul, ou en groupe, via des opérations de type carrotmob, par exemple.

4.  Faire entrer le commerce équitable sur son lieu de travail.

5.  Créer des entreprises/coopératives qui distribuent et/ou vendent des produits issus du commerce équitable.

6.  Participer aux évènements de promotion du commerce équitable et de la consommation responsable.

7.  Offrir équitable et faire plaisir à votre entourage en lui permettant de devenir lui-même responsable.

8.  Participer et relayer des campagnes de mobilisation pour convaincre les acteurs politiques et économiques de s’engager davantage en faveur de modes de production et de consommation durables.

9.  S’informer et partager l’actualité sur les nouveautés responsables et solidaires.

10.  Prolonger son style de vie éthique en adoptant d’autres démarches liées à l’économie sociale et solidaire.

 

Le commerce équitable, qu’est-ce que ça change ?

Pour obtenir la certification Fairtrade/Max Havelaar, les producteurs et travailleurs doivent se conformer aux cahiers des charges et ainsi adopter de bonnes pratiques sociales et environnementales. De leur côté, les entreprises doivent respecter des conditions commerciales qui permettent aux producteurs de vivre de leur travail. Des audits annuels, réalisés tous les ans par l’organisme certificateur indépendant FLOCERT, permettent de s’assurer du respect de ces règles et, le cas échéant, mettre en place des correctifs, voire des sanctions.

Le commerce équitable est un véritable moteur de développement local. Grâce à la prime de développement Fairtrade, les producteurs mettent en œuvre des projets pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs communautés, selon leurs propres priorités.

•   L’organisation de producteurs de cacao FUNDOPO en République Dominicaine a utilisé sa prime de développement pour améliorer la qualité et la productivité de sa production de cacao biologique et ainsi mieux valoriser son cacao. Ce projet a permis aux producteurs d'accéder à des formations aux techniques agricoles durables, la réhabilitation de 50 hectares de plants de cacao et l’implantation de 90 hectares de cacao hybrides qui garantissent une meilleure production, ainsi que l'équipement de 30 centres de collecte du cacao. Cette prime a aussi servi à la construction de routes, pour assurer les liaisons les plus importantes.

•    Chez ECOOKIM, une coopérative de producteurs de cacao en Côte d’Ivoire créée en 2004, Les producteurs ont voté pour des améliorations sociales. La prime de développement a permis de construire des écoles, de mettre en place un programme de formation pour lutter contr le travail des enfants et pour l’égalité homme-femme.

•    Face au changement climatique, les petits producteurs ont leur mot à dire ! La coopérative de producteurs de café et de sucre Coopevictoria, au Costa Rica, a initié un projet de réduction de pollution en promouvant le recyclage d’huiles pour les transformer en biocarburant. Ce projet appelé “Guardianes del Agua” a permis de diminuer de 80% les émissions de gaz à effet de serre.

Trois exemples qui montrent que l’impact du commerce équitable Fairtrade est important et que nos actions ici ont des effets là-bas !