Font Size

Cpanel
Accueil > A la une > Permettre à ceux qui nourrissent le monde de nourrir leur famille

Permettre à ceux qui nourrissent le monde de nourrir leur famille

Permettre à ceux qui nourrissent le monde de nourrir leur famille, voilà l’idée fondatrice du commerce équitable. Une idée qui, sur fond de crise agricole en France, trouve aujourd’hui une résonance toute particulière. A l'occasion de la Quinzaine du Commerce Équitable du 14 au 29 mai, nous voulions réaffirmer nos valeurs, nos piliers et les bénéfices pour les producteurs.

190429 permettre a ceux qui nourrissent le monde de nourrir leur famille

 Lutter contre la pauvreté

Que faire lorsque l’on sait que 795 millions de personnes dans le monde, soit une personne sur neuf, souffrent de la faim ? Près des trois-quarts d’entre eux sont d’ailleurs des paysans ou des ouvriers agricoles en Amérique latine, en Afrique et en Asie. Très souvent isolés et démunis face aux mécaniques des marchés mondiaux, ils ne peuvent pas vivre de leur travail.

C’est pourquoi, le commerce équitable met en place des conditions commerciales plus justes leur permettant de subvenir aux besoins de leur famille et d’améliorer leurs conditions de vie.

« Face à la volatilité des cours des matières premières et aux incertitudes des marchés, le commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar propose des conditions d’échange plus justes et plus stables, qui donnent aux producteurs et travailleurs agricoles des pays en développement les moyens de pourvoir aux besoins de leur famille et de prendre en main leur avenir. »
Dominique Royet – Directrice Général Max Havelaar France

Des piliers économiques essentiels

Le label Fairtrade/Max Havelaar repose sur des critères économiques essentiels : un prix minimum garanti, le versement d’une prime de développement, des relations durables entre acheteurs et producteurs, et l’accès au préfinancement des récoltes.

Les matières premières sont achetées à un prix stable, qui assure aux producteurs de ne jamais vendre à perte, auquel s’ajoute la prime de développement versée aux organisations de producteurs ou de travailleurs. Ceux-ci définissent eux-mêmes l'utilisation de cette prime en fonction de leurs besoins prioritaires, Les acheteurs nouent des partenariats commerciaux durables avec les producteurs qui ont aussi accès à des mécanismes de préfinancement des récoltes.

« Sans le commerce équitable, sans le prix minimum garanti et la prime de développement, nous,  petits producteurs, aurions perdu notre terre. Pour nous, le principal bénéfice du commerce équitable c’est qu’il nous permet de garder notre terre de sorte qu’elle reste dans les mains des familles de producteurs. »
Fatima Ismael, directrice de la coopérative de producteurs de café Soppexcca, Nicaragua

Des projets sociaux pour améliorer les conditions de vie des producteurs

Véritable pilier du commerce équitable, la prime de développement Fairtrade/Max Havelaar, versée par les acheteurs, est fondamentale pour permettre la mise en œuvre de projets sociaux au bénéfice direct des communautés, notamment en matière d’éducation, d’accès aux soins ou à l’eau potable.

Elle permet par exemple de financer du personnel médical ou enseignant, d’aider à la création d’écoles ou de centres de soins, d’acheter des équipements et fournitures scolaires ou encore de mettre en place des bourses d’études.

« Grâce à la prime de développement du commerce équitable, la coopérative a financé huit écoles : rénovation des locaux, fournitures scolaires pour les écoliers, cantines. Grâce à cela, les enfants des producteurs et de la communauté peuvent continuer d’aller à l’école même si leurs parents n’ont pas toujours les moyens de tout payer. »
Coopérative de producteurs de banane banelino, république dominicaine

Promouvoir les droits des femmes

Dans un monde où les inégalités hommes/femmes se font toujours ressentir, le commerce équitable met en valeur le rôle des femmes dans l’agriculture. Elles constituent jusqu’à 70% de la main d’œuvre agricole dans certains pays en développement. Selon la FAO, éliminer les disparités de genre dans l’agriculture pourrait réduire de 100 à 150 millions le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde.

Ainsi, dans les organisations certifiées Fairtrade/Max Havelaar, des critères spécifiques sont respectés pour facoriser l'égalité entre hommes et femmes. Les femmes peuvent être rémunérées directement pour leur travail et gérer elles-mêmes leur activité en tant que productrices. Reconnues, elles participent aux décisions et sont capables de prendre en main leur avenir et celui de leurs enfants, notamment à travers la scolarisation et l’accès aux soins.

Par ailleurs, de plus en plus de coopératives introduisent des projets pour mettre en place des sources alternatives de revenus pour les femmes et ainsi améliorer leurs conditions de vie.

« Le plus grand changement que m’a apporté le commerce équitable, c’est la confiance en soi. Grâce à mon travail au sein de la coopérative, j’ai le sentiment d’être capable de réussir. Je me sens plus proche des autres femmes de ma communauté et je porte leur voix. Nous n’avons peut-être pas beaucoup d’études, mais nous avons de grands rêves pour notre coopérative. »
Rizkani ahmad, fondatrice de la coopérative de café Koperasi Kopi Wanita Gayo

Préserver l’environnement

Protéger l’Homme, c’est aussi protéger son environnement. Grâce à des méthodes agricoles respectueuses de la planète, les producteurs du commerce équitable contribuent peu au réchauffement climatique et peuvent mieux s’y adapter. La préservation des ressources naturelles et de la biodiversité passe aussi par une optimisation de la consommation d’eau, par la lutte contre l’érosion des sols et une bonne gestion des déchets.

La production biologique est encouragée par une prime supplémentaire. Aujourd’hui, les trois-quarts des produits labellisés Fairtrade/Max Havelaar vendus en France sont issus de l’agriculture biologique.

« Grâce au commerce équitable, les producteurs bénéficient de formations où ils apprennent à faire plus attention à l’environnement. Aujourd’hui, plus personne dans la région n’utilise de pesticides chimiques ni sur le cacao ni sur les autres cultures. »
Coopérative acopagro, Pérou.

C’est grâce à tous ces critères que le commerce équitable vous propose des produits à la fois solidaires et bons pour la planète. Quand c’est équitable, c’est meilleur pour tous !

 

POUR EN SAVOIR PLUS: